Barbonfoing 

 


Le hameau de Barbonfoing (anciennement Barbonfaing) fait partie de la commune de Dommartin-aux-Bois dans les Vosges. Il appartenait autrefois au 'ban de Girancourt' qui comprenait également "le Void-de-Girancourt, Audoncourt, Dommartin-aux-Bois, Agémont, Méloménil, Naymont, les granges de Renaufief, les granges de Renauvoid, Olima, Thiélouze et la Rue-d'Uzemain" et dépendait de la paroisse de Dommartin-aux-Bois (comme aujourd'hui). Il faut se souvenir qu'avant 1766, la Lorraine était un duché indépendant ne faisant pas partie de la France.

Le hameau de Barbonfoing existait déjà au 14° siècle.  Les archives de l'abbaye de Chaumousey contiennent un acte de cette époque par lequel Drans dit Gormans, de Barbonfoing (Barbomfen) déclare avoir «retenu et amousenei» de l’abbé et du couvent de Chaumousey, le moulin de Thiélouze (Tyelouse), pour douze ans, avec toutes ses dépendances, pour la somme de cinq résaux de seigle et deux chapons, à payer annuellement le jour de Saint-Etienne, lendemain de Noël, au pitancier de l’abbaye ou à son commandement ; le preneur devra entretenir le moulin pendant toute la durée de son bail, et à l’expiration de celui-ci, le rendre sans débat aux religieux. L’acte fut scellé par Gérart, curé de Girancourt, et par Hue, curé de Gorhey. (archives départementales des Vosges, série XII H)

Le rôle des habitants du ban de Girancourt de 1667, recensement pour la détermination de l'impôt, cite pour "Les Granges de Barbonfoing" uniquement deux foyers "imposables" dont les représentants sont :
Gérard MARCOT, laboureur, taxé pour 6 francs 3 gros (monnaie de Lorraine),
Bastien ANTHOINE, laboureur, taxé pour la même somme.

Cassini localisation Barbonfoing
Carte dite de Cassini (dressée de 1756 à 1789) avec localisation de Barbonfoing

J'ai regroupé ici les informations sur la maison de mes ancêtres, située au 9 rue de tabellion à Barbonfoing, construite sous le règne des ducs de Lorraine :

Maison du 9 rue du tabellion
Maison située au 9 rue de tabellion à Barbonfoing
Le tabellion était l'équivalent du notaire sous l'ancien régime

Cette maison fut construite en plusieurs phases et nous y trouvons plusieurs dates :
Entree d ela partie privative
Entrée de la partie privative avec la date 1715 et les initiales N. P.
Ces lettres font penser que la maison fut construite par Nicolas POIROT, décédé à Barbonfoing à environ 77 ans et inhumé le 14.08.1752 à Dommartin-aux-Bois, époux d'Anne MARCOT inhumée le 20.11.1754 à Dommartin-aux-Bois, lesquels eurent au moins un enfant à Barbonfoing, Simon POIROT, baptisé le 18.02.1715 à Girancourt.
Date 1716
Date 1716 gravée sur le rebord de la porte d'entrée
Pierre extension
Pierre d'extension sur le coin gauche de la maison lors d'un agrandissement qui donna la 'grande chambre'
et indiquant "18 prairial an 7 de la liberté, républicain XX, JJ PEUTOT et AGATHE NOEL"


La pierre de l'an 7 cite J.J. PEUTOT et Agathe NOEL qui sont mes ancêtres. Il semble qu'ils aient acheté cette maison ou du moins qu'ils en aient hérité avant de s'y installer, le mari, Jean-Joseph PEUTOT, étant de Chaumousey et la femme, Agathe NOEL, du Void-de-Girancourt. Elle est décédée le 12 janvier 1826. Lui se remaria le 11 février 1829 à Marie Jeanne POIROT, aussi veuve. Il décède quelque temps après, le 10 janvier 1830. Le couple PEUTOT-NOEL eut au moins sept enfants.

La maison fut vendue par leurs différents cohéritiers à l'une d'entre eux, Marguerite PEUTOT, et son mari Jean Jospeh SACHOT, en indivis par acte sous seing privé daté de Barbonfoing du 20.02.1830, enregistré à Dompaire le 15.05.1831 vol 6 f°26, par COLLARDEL. Ils étaient lors de la vente (soulignés sont les enfants du couple PEUTOT-NOEL):
- Jean Nicolas PEUTOT, demeurant à Dommartin-aux-Bois.
- Hubert PEUTOT, demeurant à Naymont, et Marie Catherine PEUTOT son épouse.
- Jean Nicolas PEUTOT et Agathe PEUTOT son épouse.
- Léopold DIDELOT et Marie Anne PEUTOT son épouse, domiciliés à Barbonfoing.
- François LOSSEROY, propriétaire de la cense de Hagnécourt, commune de Dommartin-aux-Bois, époux de Marie Agathe PEUTOT.

Jean Joseph SACHOT, est décédé à Thiélouze. Sa succession comprenait la moitié de la propriété. Marguerite PEUTOT, sa femme, transmit sa moitié de la propriété par acte du 04.05.1857 reçu par Mtre PARISOT, notaire à Xertigny à ses enfants, à chacun pour 1/5° :
- Lucien SACHOT, cultivateur à Thiélouze, commune d'Uzemain.
- Lucie SACHOT, épouse de Jean Blaise HOUILLON, cultivateur, demeurant à Thiélouze, commune d'Uzemain.
- Célestine SACHOT, épouse de Nicolas GREGY, cultivateur, demeurant à La Xatte, commune d'Uzemain.
- Augustine SACHOT, épouse d'Eugène PEUTOT, cultivateur, demeurant à Barbonfoing.
- Mélanie SACHOT, épouse de François THOMASSIN, cultivateur demeurant à Racécourt. Ce cinquième échut ensuite à Catherine THOMASSIN, veuve en premières noces de Constant SAUNIER, épouse de Jean-Baptiste LHULLIER, cultivateur demeurant à Girancourt. Elle s'en démit au profit de Madame LHULLIER contre des biens propres de cette dernière par acte sous seing privé en date du 12.02.1861, enregistré à Dompaire le 21.02.1861 f°87 C°88 signé COLLARDEL.
L'immeuble est resté indivis entre les cohéritiers chacun pour un cinquième suivant acte reçu par Mtre PEUTOT le 06.05.1857.

La maison fut ensuite acquise par Joseph Isidore POIROT pour moitié avec son frère Lucien POIROT, par acte reçu par Mtre PEUTOT, notaire à Xertigny le 07.05.1861, transcrit au bureau des hypothèques d'Epinal le 15.06.1861 vol 233 n°75.

Joseph Isidore POIROT était né le 11.02.1836 à Barbonfoing et est décédé à Barbonfoing le 05.10.1913. Il était fils de Jean Joseph POIROT et de Marguerite SAULNIER. Il épousa Marie MAILLARD le 13.07.1868 à Rouvres-la-Chêtive, fille de Nicolas François MAILLARD et de Marie Catherine MAILLARD, née le 01.06.1847 à Rouvres-la-Chêtive, décédée à Barbonfoing le 06.08.1913.

Lucien POIROT est né le 04.12.1838 à Dommartin-aux-Bois, décédé le 30.03.1877 à Harol (La Fosse). Il épousa le 12.01.1869 à Girancourt Marie Adelphine DUHOUX (née le 25.03.1843 à Girancourt, décédée le 30.04.1908 à Harol, fille de Jean Nicolas DUHOUX et Julie RICHARD, Marie Delphine DUHOUX devint débitante de boisson à La Fosse pobablement après le décès de son mari). Lucien POIROT se dessaisit de sa moitié de la propriété devant Mtre MOLARD notaire à Epinal le 18.11.1869 par échange avec ses beaux-parents Jean Nicolas DUHOUX et Julie RICHARD contre une maison auberge située à Girancourt.

La maison était donc indivise pour moitié entre Joseph Isidore POIROT et les beaux-parents de son frère Jean Nicolas DUHOUX (né le 14.09.1814 à Chaumousey, décédé le 11.08.1875 à La Fosse commune de Harol, fils de Nicolas Alexis DUHOUX et de Marie Thérèse SAUNIER), cultivateur et aubergiste, et Julie RICHARD (épousée le 06.02.1843 à Girancourt, née le 25.12.1820 à Girancourt, décédée le 23.02.1875 à Harol, fille de Jean-Nicolas RICHARD et de Catherine SAUNIER), son épouse, demeurant à Girancourt où ils étaient marchands de vin en gros avant de s'installer cultivateurs à La Fosse, commune de Harol.

Le descriptif de la maison de Barbonfoing dans l'acte de 1869 est le suivant : "Une maison sise à barbonfoing dite la maison ancienne du père Peutot, comprenant logements, grange, écuries, chambre à four à côté et hallier y attenant, avec la curtille qui se trouve derrière d'une contenance d'environ soixante un ares, les usuaires du devant, la veuve Saunier d'une part au levant, le chemin d'Agémont d'autre part du devant et au couchant".

Voici les occupants de la maison lors des recensements de 1886 à 1906, ce qui nous indique que les occupants étaient Joseph Isidore POIROT et sa famille, et non pas les autres copropriétaires Jean Nicolas DUHOUX et sa femme Julie RICHARD:

Habitants 1886
Habitants de la maison en 1886

Habitants 1896
Habitants de la maison en 1896

Habitants 1901
Habitants de la maison en 1901
Victor DUHOUX, domestique, est probablement le même que Victor Benjamin DUHOUX, né le 07.06.1883 à Harol (La Fosse), fils naturel de Marie DUHOUX, veuve depuis 6 ans de Lucien POIROT et frère d'Isidore POIROT. Il était par conséquent le neveu du chef de famille, copropriétaire pour moitié de la maison, et petit-fils par sa mère des copropriétaires de la secondemoitié de la maison.

Habitants 1906
Habitants de la maison en 1906

La maison fut ensuite héritée par le fils de Joseph Isidore POIROT, Paul Albert POIROT, célibataire demeurant à Barbonfoing, décédé à l'hôpital St Maurice d'Epinal le 02.08.1945. Ses parents avaient probablement réussi à acquérir la deuxième part de la maison puisqu'il n'est plus question d'indivision.

Paul Albert POIROT n'eut qu'un seul héritier : Robert Gaston Norbert DUHOUX, horloger, comme spécifié dans les déclarations de successions passées au bureau de l'enregistrement d'Epinal le 02.02.1914 n° 25 et 26. Tout laisse penser qu'il avait un lien avec Victor Benjamin DUHOUX cité plus haut, probablement son père.

Robert Gaston Norbert DUHOUX, horloger, et Jeanne Marguerite MARTIN sa femme, demeurant 9 rue Notre-Dame de Lorette à Epinal vendent plus tard aux enchères la maison pour 105.000 francs par devant Mtre Brouaux, notaire à Epinal, le 07.02.1946, à Jean Georges Marie MOREL, cultivateur au Void-de-Girancourt, né à Girancourt le 18.05.1918, et Renée Marie PERRIN sa femme.

La maison fut enfin échangée avec ces derniers par mes arrière-grands-parents par acte sous seings privé, puis déposé chez Mtre Lamy, notaire à Epinal, par acte du 04.09.1947, transcrit au bureau des hypothèques d'Epinal le 23.09.1947, volume 2784, n° 28, contre des terrains situés à Girancourt et est ainsi redevenue propriété de la famille.


Sur la gauche de la maison fut reconstruit à l'identique le lavoir de l'abbaye de Chaumousey lorsqu'il fut vendu comme bien national sous la révolution. Le fait que Jean Joseph PEUTOT, propriétaire de la maison à l'époque, était lui-même originaire de Chaumousey, explique probablement cet achat. Cependant, menaçant de s'effondrer sur la route, il fut en grande partie démantelé il y a quelques dizaines d'années. Ne subsistent qu'une partie basse des murs et une auge.

De même le mur arrière de la maison fut entièrement reconstruit il y a plusieurs dizaines d'années, réduisant par cette occasion la surface de la maison.

Sur une pierre de la porte de grange est située une écriture inattendue de nos jours : "Vive le roi" et une pierre haute du chaînage de droite porte une croix, toujours très visible.

Vive le roiCroix

Un article sur cette demeure, mais surtout sa voisine, fut publié il y a quelques années dans la presse :

Article Barbonfoing
Article sur Barbonfoing publié dans la presse
Il fait aucun doute que le propriétaire de la maison de droite est Gérard MARCAT, nommé tabellion
aux bailliages de Nancy, Vôge, Epinal et Châtel-sur-Moselle le 17.05.1596 par lettres patentes du duc de Lorraine (Archives de Meurthe-et-Moselle, trésor des chartes de Lorraine, B64, folio 215 et B67 folio 111), lequel était également maire du ban de Girancourt en 1629.

L'architecte Léon COLIN dont il est question dans l'article précédent était un cousin de la famille, fils d'Emile COLIN, contrôleur-comptable des chemins de fer, et de Marie Constance MOSSER. J'ai une photo plus large de son dessin que je reproduis ici. Nous distinguons très bien le lavoir dit "de Chaumousey" dans la partie centrale.

Tableau COLIN
Tableau du centre du hameau de Barbonfoing un peu avant la seconde guerre mondiale par Léon COLIN, architecte, descendant de la famille 'PEUTOT'
Le chemin central est la route du Void de Girancourt à Agémont, aujourd'hui rue de Tabellion.

De droite à gauche nous avons :
1/ La maison des anciens tabellions MARCAT/MARCOT, de 1615, dont la facade a aujourd'hui perdu le fronton de la porte d'entrée, l'arrondi de la grange et les fenêtres de l'époque.
2/ La maison de mes ancêtres, dont la construction s'étendit de 1715 à la révolution, qui a conservé son aspect originel.
3/ Le lavoir supposé de l'abbaye de Chaumousey, avec son toit pointu, qui aurait été reconstruit à l'identique après avoir été vendu comme bien national sous la révolution. Le fait que le propriétaire de l'époque, Jean-Joseph PEUTOT, était originaire de Chaumousey corroborerait cette thèse. Cependant, menaçant de s'effondrer sur la route, le lavoir fut démantelé il y a quelques dizaines d'années. Ne subsistent qu'une partie basse des murs et une auge.
4/ La chambre à four, où était fabriqué le pain, compètement disparue aujourd'hui.
5/ Le chemin menant à Agémont, aujourd'hui rue de Tabellion.
6/ La grange d'une maison perpendiculaire non visible sur le dessin. Elle est toujours dans cet état aujourd'hui et la maison habitée.
7/ Un chemin menant à Thiélouze, perpendiculaire au chemin menant à Agémont, aujourd'hui rue de la fête.
8/ Une maison aujourd'hui détruite, dont subsistent le bas des murs, à l'intérieure de laquelle fut construit un arrêt de bus.

L'arbre au cendre du dessin était situé en limite de propriété. Il a été abattu après la 2° guerre mondiale.

Lavoir abbaye Chaumousey
Mur subsistant du lavoir supposé de l'abbaye de Chaumousey. L'auge pourrait en faire partie.


J'ai réussi à retracer une partie de la généalogie de la famille MARCOT ou MARCAT, dont deux membres étaient tabellions, et qui donnèrent leur nom à la rue de tabellion (il conviendrait donc de l'appeler 'rue des tabellions'). La guerre de 30 ans (1618-1648), très dévastatrice dans la région, a probablement fait disparaître la plupart des personnes citées, les comptes de l'époque citant des villages désertés ou ruinés. Cette généalogie a été en partie possible par l'étude de documents anciens d'archives dont je donne ici l'essentiel :

04.1606, chez Pierron tabellion à Epinal : Thiebaut MARCOT, veuf du Void de Girancourt vend à Claudel MARCOT dudit lieu…

06.1608, chez Pierron tabellion à Epinal : Gérard et Philippe frères germains fils de feu … MARCOT vivant demeurant à Barbonfoing, … feu … MARCOT leur grand-père demeurant audit Barbonfoing, Gaspard Jean Colas leur … demeurant à Girancourt, Didier DES CHASEAUX leur oncle maternel demeurant à Thiélouze, Nicolas TACHET représentant Mengeotte et Jean frères et soeurs germains auxdits Gérard et Philippe … vendent à Florentin et Gérard MARCOT frères tabellions demeurant audit Barbonfoing la maison dite Maison de chez Thiebaut.

Gérard MARCOT, de Barbonfoing, nommé tabellion aux bailliages de Nancy, Vôge, Epinal et Châtel-sur-Moselle le 17.05.1596 (ADM&M B64 f°215 et B67 f°111).

En 12.1605 est cité Claudel MARCOT du Void de Girancourt.

Mars 1629 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Symon MARCAT prêtre de Barbonfoing présentement chapelain de Saint Amery?, Gérard MARCAT son frère tabellion demeurant à Barbonfoing et mayeur du ban de Girancourt.

Mai 1629 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Florentin MARCOT demeurant à Girancourt pour 2/3 fort de Symon son fils et Claudel MARCOT aussi son fils demeurant à Girancourt eux-deux pour l'autre tiers ont vendu à Gérard MARCOT leur frère et oncle tabellion à Barbonfoing.

Novembre 1629 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Demenge ANTHOINE demeurant à Barbonfoing et Mengeotte sa femme, Gerard MARCOT leur père et beau-père tabellion audit lieu.

Mars 1630 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Nicolas et Nicolle frère et soeur enfants de Gérard MARCOT tabellion à Barbonfoing.

Novembre 1629 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Gérard fils d'honnête Gérard MARCOT tabellion demeurant à Barbonfoing.

Avril 1635 chez TACQUEL tabellion à Epinal:

Feu Mengin MARCAT, vivant au Void de Girancourt, allié à Jeannon.

D'où :

1. N. MARCAT, alliée à Nicolas JEAN JACQUOT.

2. N. MARCAT, alliée à Marc BLAUDE.

3. N. MARCAT, alliée à Demenge Didier HUEL.

04.1635 chez Tacquel tabellion à Epinal : Marcat MARCAT, époux de Catherine JEAN JACQUOT, et Gérard MARCAT, époux de Anne JEAN JACQUOT, frères demeurant au Void de Girancourt, vendent à Nicolas JEAN JACQUOT leur beau-frère… suite au décès de Catherine veuve de feu Nicolas JEAN JACQUOT dudit Void de Girancourt leur mère.

Acte du 15.10.1633 chez Tacquel tabellion à Epinal : Gérard MARCAT, allié à Claudotte (alliée en premières noces à Demenge YDATTE de Renauvoid, dont leur fille Mengeotte teste le 15.10.1633)

Acte du 25.11.1634 chez tacquel tabellion à Epinal : Anne, fille de Gérard MARCAT, tabellion à Barbonfoing.

Acte de 11.1629 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Jean D'OMECOURT demeurant à Jeuxey et Georgine sa femme, Demenge ANTHOINE demeurant à Barbonfoing et Mengeotte sa femme, Gérard MARCOT leur père et beau-père tabellion audit lieu…

Acte de 15.06.1630 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal : Nicolas et Nicolle frère et soeur enfants de Gérard MARCOT tabellion à Barbonfoing.

Acte de juin 1622 chez Nicolas PIERRON tabellion à Epinal (AD88 5EPRO644) : Messire Symon MARCOT prêtre de Barbonfoing demeurant à Saint Amerin en Allemagne, Gérard MARCAT son frère tabellion… obtenu de la mort de Symon MARCOT de Barbonfoing son grand père.



Généalogie MARCOT/MARCAT

Symon MARCOT, demeurant à Barbonfoing, décédé avant décembre 1621, allié à Mengeotte.[1]

 

D'où :

 

N. MARCOT

 

D'où :

 

1. Symon MARCAT prêtre de Barbonfoing, chapelain de Saint Amerin en Allemagne en 1622 et 1629.

 

2. Florentin MARCOT, demeurant à Barbonfoing en 1608 et semble aussi avoir été tabellion, demeurant Girancourt en 1629.

 

D'où :

 

2.1. Symon MARCOT, demeurant à Girancourt en 1629.

 

2.2. Claudel MARCOT, demeurant à Girancourt en 1629.

 

3. Gérard MARCAT, de Barbonfoing, nommé tabellion aux bailliages de Nancy, Vôge, Epinal et Châtel-sur-Moselle le 17.05.1596 par lettres patentes du duc de Lorraine. Il exerçait à Barbonfoing. Cité tabellion à Barbonfoing en 1608 et 1629. Mayeur du ban de Girancourt en 1629.

 

D'où :

 

3.1. Anne MARCAT, citée en 1634.

 

3.2. Mengeotte MARCAT, alliée à Demenge ANTHOINE, habitaient Barbonfoing en 1629.

 

3.3. Nicolas MARCOT, cité en 1630.

 

3.4. Nicolle MARCOT, citée en 1630.

 

3.5. Gérard MARCOT, cité en 1629, drappier bourgeois d'Epinal en 1633, allié à Claudette.[2]

 

3.6. Georgine MARCOT, alliée à Jean D'OMECOURT demeurant à Jeuxey, cités en 1629.

 

4. Mengeotte MARCAT, alliée à Nicolas DES CHASEAUX (de Thiélouze, fils de Demenge DES CHASEAUX). [3] [4]



[1] Acte de décembre 1621 chez Nicolas PIERRON, notaire à Epinal.

[2] Acte du 19.04.1633 chez TACQUEL tabellion à Epinal.

[3] Acte de décembre 1621 chez Nicolas PIERRON, notaire à Epinal.

[4] Acte de mars 1622 chez Nicolas PIERRON, notaire à Epinal.



Retour à la page principale - Me contacter